Unité Biodiversité Halieutique - La Guyane

http://wwz.ifremer.fr/guyane

Code : PDG-RBE-BIODIVHAL

Responsable : Fabian Blanchard

Effectif : 11

Rattachement : Département Ressources Biologiques et Environnement

Site(s) : Guyane

L'Unité Biodiversité Halieutique (BIODIVHAL) de Guyane rattachée au Département Ressources Biologiques et Environnement est implantée dans la Ville de Cayenne.

Vers un développement durable des pêcheries : concilier viabilité économique des pêcheries et respect de la biodiversité

L'approche écosystémique de la gestion des pêches est prônée par la communauté scientifique internationale et est demandée par l'Europe. En effet, outre les engagements internationaux qui font obligation de préserver la biodiversité, les habitats, les écosystèmes, (conventions type CBD, OSPAR, Carthagène, Directive européenne habitat...), la biodiversité marine doit être prise en compte dans la gestion des pêches, car la viabilité économique des pêcheries et écologique des écosystèmes qui les supportent en dépend.

En effet, chaque espèce exploitée appartient à un ensemble d'espèces en interactions (peuplement biologique). D'une part, les caractéristiques de biodiversité du peuplement sont modifiées par la pêche qui s'exerce sur lui et d'autre part, les espèces exploitées dépendent de leur peuplement notamment par l'intermédiaire de relations trophiques (relation prédateur-proie). De même, les activités de pêche peuvent avoir un effet sur la dynamique des populations d'espèces ayant une valeur patrimoniale (mammifères, tortues, oiseaux). Cet ensemble d'interactions s'exerce dans un environnement variable, dépendant des fluctuations et changements climatiques dont il faut tenir compte à long terme.

En revanche, les contraintes de respect de la biodiversité, des écosystèmes, doivent être mises en place selon des modalités permettant une rentabilité économique non nulle, sans quoi la pêcherie n'est plus viable. Ainsi, si un des piliers contribuant à la mise en place de l'approche écosystémique est la connaissance des interactions qui existent entre les activités de pêche et la biodiversité, un second pilier est la connaissance des dynamiques économiques des pêcheries. C'est ce vers quoi tend l'Unité Biodivhal en Guyane.

A terme, les dynamiques sociales devront aussi être intégrées pour compléter l'approche des pêcheries.